Courants-Contres

Enregistrement live réalisé le 13 Décembre 2023 à la Yourte des Bains des Pâquis (Genève-CH)

01_Asphyxie
D’ici on voit très bien la mer
Les roches effritées
M’accueillent comme un oreiller
Sur mon talon s’enroule un lierre
Désireux de m’envelopper

Je le regarde lentement grimper
Autour de mes chevilles
Le long de mes mollets
Bientôt me voilà tout entier
Enlacé
Et je vacille

Une amie me prend par la main
C’est l’épine
D’une branche brisée
Un arbuste orphelin
Une plante marine
Qui chercha à m’aider
Elle me raconte
Sa solitude

Mais pour qui s’époumone cet oiseau blanc ?
N’a t-il jamais vu un corps mourant ?
Laisse moi dormir encore un peu
Et m’imprégner
De chlorophylle

Le lierre s’abreuve d’eau salée
A mes yeux, à mes lèvres
Il plonge ses racines
La chaleur coule dans ma sève
Le soleil est ma médecine

La falaise m’accueille à ses pieds
Elle me retient en bas
De sa paroi fragile
Faisant semblant de m’oublier
Glissent autour de moi
Des reptiles

Mais pour qui s’époumone cet oiseau blanc ?
N’a t-il donc jamais vu un corps mourant ?
Laisse moi dormir encore un peu
Et m’imprégner
De chlorophylle

Ici la mer s’est retirée
On dirait qu’elle a fuit mes racines
Mon lierre continue de grimper
Et mes rochers toujours se ravinent

Que suis-je ? Qu’étais-je ? Que serais-je ?
Cela m’est bien égal
Je pourrais toujours être utile
Et je pense, plaisir immense intense et puéril
Que personne ne reconnaîtra jamais
Personne
Mon fossile

Mais pour qui s’époumone cet oiseau blanc ?
N’a t-il jamais vu un corps mourant ?
Laisse moi dormir encore un peu
Et m’imprégner
De chlorophylle

02_Assoiffés d'ailleurs
J’ai caché dans ma poche quelques poignées de sable
Et un peu de cette brume qui camouflait la nuit
Mes doigts encore humides de leurs caresses aux algues
Et mon corps aride

A nouveau passer la dune à nouveau
Traverser les silences

Et derrière les touffes sèches dont le vent plein d’écume
Et les phares d’une voiture faisaient danser les ombres
L’odeur du réservoir
Et mes pieds sur l’asphalte.

Là-bas dans l’ombre rose
Qui tâchait l’horizon
Dormait la multitude
Mes Frères, Sœurs et Amours
Dont je ne savais que faire.

Entouré d’habitudes
Je m’assis sur la route
Dont j’aimais effleurer la rugosité.

Cette route.

D’un soulèvement soudain, je me voyais partir
Parcourir toute la nuit ce vaste réseau d’étoiles
D’Oléron jusqu’à Sakhaline
Et m’arrêter au matin
A l’aube d’une autre ville
D’une autre mer
D’un autre ciel
D’un autre vent
Devant d’autres assoiffés d’ailleurs

03_Ecume
Ecume
Indomptable écume
Houleuse vogueuse
Ecume

Et mon oeil qui se perd
Tu danses je présume
Aphrodite des mers
Dans ces embruns dont j’hume
L’affre de tes mystères

De quoi es-tu faite écume ?
Pour qui, pour quelle fête
Pares-tu donc les têtes
De ces vagues amères ?

Et quand moi je souhaite
Suivre tes amourettes
D’air et d’eau et de lune
J’enclume
Dans l’hostile et austère
Noirceur des fonds marins
Où noyeurs de chagrins
Vieux morses, jeunes requins
Belugas, poissons-lunes
Fument
Des pipes d’écume
La tasse nous bûment
Dans des cornes de brume

04_Les vaches ne regardent pas les arcs-en-ciel
Ah si j’avais un aéroglisseur
Je m’en irai de part les mers et les vallées et les montagnes
Je pourrai faire le malin me la péter me la jouer parce que les aéroglisseurs
C’est cool

On dirait que c’est pas gagné parce que je bouge pas de chez moi
A part pour aller voir mon boss, parfois la famille à Noël
C’est dommage chuis sûr que j’aurai fait un super pirate
Mais je suis pas né au bon moment au bon endroit, entouré des bonnes gens

Des fois quand je reviens de faire la chasse aux mouches à la face de mon boss
Je me dis que j’ai de la chance que j’aurai pu être une mouche
On dirait qu’on n’est jamais sûr de ce qu’on pense de ce qu’on dit de ce qu’on fait de ce qu’on est
Mais moi je crois, qu’on se pose trop de questions, ou qu’on s’en po-pose pas assez

C’est étonnant tout ce qui passe dans un cerveau moi souvent
J’aimerai être un microbe juste pour aller guigner là-dedans
Mais après je me dis que j’y verrai sûrement rien
Parce qu’il n’y a pas de lumière dans un cerveau et en plus les microbes ça n’a pas d’yeux

Parfois lorsque je traverse le pont, je regarde les canards
Qui pataugent là dans la mare et qui s’en foutent, et qui s’en foutent
Ils ont pas l’air malheureux ni heureux d’ailleurs
Ils ont juste l’air de vivre leur vie les pieds d’en l’eau et ils s’en foutent

Moi j’aimerai bien être un canard ou une truite ou un mouton
Ou un autre truc à plumes à carapace ou bien à poils, ou bien à poils
On pourrait tous se dire qu’on arracherais nos vêtements et qu’on s’aimerait les uns les autres
Mais ca serait pas drôle car j’aurais plus de raison de m’plaindre ni de jouer de la guitare

Les chiens n’étudient pas les étoiles
Et les fourmis n’ont pas d’ambition sinon elles nous auraient déjà tous crevés
Êtres humains, vous ne vous suffisez pas

Les vaches ne regardent pas les arcs-en-ciel ni les volutes de fumée
Elles ne regardent même pas les trains
Elles voient juste un truc qui se meut
(solo meuh)

On dirait qu’on n’est jamais sûr de ce qu’on pense de ce qu’on dit de ce qu’on fait de ce qu’on est
Mais moi je crois, qu’on se pose trop de questions, ou qu’on s’en po-pose pas assez

05_Leçons de choses
Chaque jour, chaque jour je tue
Je coupe, je zigouille, j’égorge
Je tord, j’arrache, je ponctue
La vie dont un corps regorge

Un cheval ou une tortue
Un chêne, un chien, un brin d’orge
Une truite, un lion, une laitue
Une limace ou bien cousin Georges

Ref :
J’ai beaucoup de compassion
Je ne tue pas par plaisir
Je ne tue pas par passion
Je ne tue pas par délire

Un par jour, pas davantage
J’apprends avec application
Pour être prêt lors du présage
De ma propre disparition

Je lui donne le coup fatal
Et je l’observe mourir
J’écoute ses derniers râles
Jusqu’à son dernier soupir

J’étudie avec précision
Son corps se plier, souffrir
Jaillir le sang de l’incision
Et ses pétales se flétrir

Ref

Je guette ce moment où l’âme
Ou quelque chose de similaire
Semble remercier ma lame
De l’avoir fait quitter la chair

Je note mes observations
Je décris chaque organe qui bouge
Un répertoire de sensations
Dans un petit carnet rouge

Ref

06_Toi
Je n’ai pas connu les guerres
Ni d’aujourd’hui ni de naguère
Ni n’ai connu les misères
Des régimes totalitaires
Je n’ai pas connu la torture
Tout ce que certains endurent
Je n’ai pas connu l’horreur
Des camps de Russie ou d’ailleurs
Je n’ai pas connue tout ça

Mais je t’ai connu toi (x 4)

Je n’ai pas connu la mafia
Ni le silence de l’omerta
La famine le manque de fric
La violence des narcotrafics
Je n’ai pas connu c’est chic
Les épidémies d’Afrique
Je n’ai pas connu d’atroces
Douleurs ou d’horribles maux
Ni vu d’animaux féroces
Chercher à me ronger les os
Je n’ai pas connu tout ça

Mais je t’ai connu toi (x 4)

Je n’ai pas connu encore
Le froid souffle de la mort
Ni ces oraisons funestes
Où l’on ne demande pas son reste
Je n’ai pas connu les foudres
Du courroux de Jupiter
Ni n’ai eu à en découdre
Avec Allah dans sa colère
Je n’ai pas connu non plus
Un père qui me bottait le cul
Ni n’ai du poser mes fesses
A un concert d’Henri Dès
Je n’ai pas connu tout ça

Mais je t’ai connu toi (x 4)

07_Corps à corps
Nos corps à corps
Appris par cœur
Sont mon décor
Encore

Toujours trop court
Le beau moqueur
Les jours d’accord
En chœur

Sans ton secours
D’amères liqueurs
Parcourent mon corps
Chaque heure

A court de cœur
L’amour n’accoure
Jamais vainqueur
D’accord

Dans ma rancœur
Ma dame de cœur
Refaire ta cour
M’écœure

Mais

Nos corps à corps
Appris par cœur
Sont mon décor
Encore

08_Point de vue
09_Os troubles
Dans mon jardin j’ai découvert
Un tout petit village
Hameau de peu de gens
A peine quelques familles
Qui m’ont toutes vu grandir

Ses maisons sont en ruine
Seuls quelques pans de murs
Parsemés ci et là
Me rappellent les rues
Me rappellent les gens

C’est en plongeant sous l’eau
Au profond de mon lac
Que je l’ai découvert

La vase et les poissons
En ont pris possession
Et les noms sur les portes
Se sont tous effacés

Aujourd’hui c’est l’hiver
Un miroir de silence
Recouvre mon village

Autant tout oublier
Car rien n’est plus certain
Qu’un silence de neige
Recouvrira nos peurs
Nos amours et nos peines
Nos hontes nos souvenirs
Les corps de nos parents
Et ceux de nos enfants
Nos frères et nos sœurs
Comme ce lac gelé

Dans mes os troubles

10_La grande habitude
Qui a entendu hier soir
Éclats de voix, éclats de verre, éclats de rires
Et puis la route et puis la nuit

Il ne suffit pas d’écouter
Par chez toi quand les trains passent
Et font vibrer les toits de tôles
Il faut sentir l’odeur de peur
Et de colère et de sueur

Voisin je le vois
De ma petite et mince vitre
Ton doigt tendu
Ton cri ténu
Et je vois bien comme tu t’étouffe
Car malgré-toi tu es en guerre
Et tu sais
Ce que signifie perdre

Mon ami
J’ai compté toutes les marches
Qui mènent à toi
Je n’irai pas

Si la poussière est ta maison
Et si tes murs sont de carton
Ils ont de beau
Tout ce pourquoi ils m’indisposent
Bruts, violents et insolents
Crachats de rue et d’injustices
Au nom de la grande habitude

Tu es comme le coquelicot
Qui grandit dans la faille
D’un trottoir où les chiens pissent
Et où un pas, seul te foulera
Et te fera disparaître
Le pas d’un homme qui rêve sans doute
De grands espaces et de prairies
Le pas d’un homme qui rêve sans doute
De grands espaces et de prairies
Et qui chante

Comme est sérieuse ma légèreté
Si un jour j’apprends à parler
Ce sera pour prier : Mon Dieu
Comme est sérieuse ma légèreté
Si un jour j’apprends à parler
Ce sera pour crier : Mon Dieu

Donnez-leurs aujourd’hui notre pain de ce jour
Toi ou bien l’un de tes confrères
Qui prônent le partage et l’amour
Ou bien quelqu’un que ça réjouit
De décider pour quelques autres
Décidez pour moi je vous prie
J’essaierai d’être votre apôtre

Créez des fois, créez des lois
Faites les choix à ma place
Car je sais bien comment ça se passe
Au nom de la grande habitude
Celle de mon ingratitude
Celle qui dément mes certitudes
Celle qui conduit mon attitude

Car je veux avoir chaud
Car je veux bien manger
Je veux boire de l’eau
Des habits sur ma peau
Et un toit sur ma tête
Être un peu protégé
Quand je suis sous la couette
Avoir quelques amis
Ne pas manquer bien sur
Ni d’argent ni d’amour
Je veux être bien vu
Être un peu reconnu
Et un peu voyager
Pour me faire une idée
De combien de bonheurs
Combien de misérables
Il est possible d’entasser
Dans une cabane de tôle

Parfois je me sens souverain
Je suis le roi malgré moi
Qui habillé
Qui maquillé
Qui maculé
Et je ne sais pas quoi faire
Et je ne sais pas quoi faire
Et je ne sais pas quoi faire
Et je ne sais pas quoi faire
Et je ne sais pas quoi faire
Et je ne sais pas quoi faire
Et je ne sais pas quoi faire
Et je ne sais pas quoi faire

Et je ne sais pas quoi faire

Et je ne sais pas quoi faire
Ni quoi dire ni quoi penser

Des mots, des mots, des mots
Des mots démodés
Des mots doux
Des mots durs
Des mots d’ordres
Dont je me démets
Par démence ou dédain

Et toi, n’es tu pas jaloux
Quand tu vois qu’un missile
Atteindra sans un doute
Sans peurs et sans remords
Le but
De sa misérable vie?
Et qui oserait te dire que tu as tort ?
Que tout ce que tu sens
Tu ne devrais pas le sentir ?

Peut-on punir l’absence d’héroïsme?

Alors moi, par amour, je prends le métro
Par amour je plonge dans les foules
Par amour je m’inonde de lumière crue
Et je deviens multiple
Et je deviens les autres
J’infuse les trottoirs
Je bégaie je clignote
Je clignote au passage
Il court dans mon regard
Passant du vert au rouge
Une brève inquiétude

Ça y est j’ai de la fièvre

Et je sens sur mon front
Un peu du gras de cette ville
Il y a dans mes cheveux
Un peu du gras de cette ville
Et il y a sur mes mains
Un peu du gras de cette ville
Et on trouve dans mes oreilles
Un peu du gras de cette ville
Car les murs les plus blancs
Restent toujours couverts
D’une pellicule de suif

Je vois en moi la cité qui gronde

Ma ville ce sont mes intestins
Mes boyaux, mes artères
Les couloirs de mes opinions
Les dédales de mes pensées
C’est mon cœur qui palpite
De jour comme de nuit
Mes insomnies sont celles
Électriques
Qui abreuvent mes yeux
Et qui me tétanisent
De peur de m’en sortir

Et tout mon corps recèle
Au dedans comme dehors
En cet instant présent
De toutes les rancœurs
De tous mes frères et sœurs
Dans mon foie dans ma rate et dans mes reins
Dans mes manières de faire et de parler d’amour
Je croyais être au pouvoir
Mais c’était sans compter
Tous ceux qui m’habitent
Et tous ceux qui m’ont fait
Et tout ce que je bouffe
Et tous ceux qui m’incitent
Par leurs caresses adroites à me courber le dos

Rien ne s’arrête, rien, jamais
Qu’y a t-il au dehors ? Qui saurait me guider ?
Mais il n’y a personne.
Que mon imaginaire
Qui rêve d’absolu

Et ces bouchons de merde qui n’en finissent pas
Vision périphérique
Congestionnée, constipée
Je retiens
Je me retiens
Je retiens
Je me retiens
Je ne retiens que ça de ma vie de malade
Mes humeurs
Qui tantôt bouchonnent et tantôt éclatent

Dans un excès de zèle
J’essaie le yoga, le shiatsu, le tantrisme
Et des philosophies venues du bout du monde
Je mange bio
Mais ma boulimie me rends aveugle
Qui dort à côté de moi ?
C’est mon voisin l’allemand, le roumain, le ricain,
Le bronzé, le bridé, le frisé
Qu’il ne s’avise pas de tirer trop la couverture
Seul mon chien mon chat et mon canari
Peuvent se poser sur mon lit !
Non mais je rêve !

Non, mais je rêve
Non
Mais je rêve

Que je suis comme le coquelicot
Qui grandit dans la faille
D’un trottoir où les chiens pissent
Et où un pas, seul me foulera
Et me fera disparaître
Le pas d’un homme qui rêve sans doute
De grands espaces et de prairies
Le pas d’un homme qui rêve sans doute
De grands espaces et de prairies

11_La colère
Vois-tu bien souvent moi je la boucle.
Mais, je voudrais tout dire
Et je voudrais tout faire
A quel ordre devrais-je obéir ?
Faut-il hurler, chanter, gémir
Lever le poing à l’univers
Et surtout vers qui,
Diriger ma colère ?

Et quand je crois être sincère
Dans ces rues sombres où rien n’est clair
Pas l’ombre d’un petit lampadaire
Ni dieu le père ni la mère
Ni personne dans les ministères
Ne sait résoudre les mystères
Ne sait répondre à mes prières
Vers où, vers qui
Vers où, vers qui
Diriger ma colère?
Et je suis seul,
Mais au fond de moi ça fait
Lalala…

Je n’ai rien vu de la planète
Je ne sais rien de l’univers
Mon histoire je ne la connais guère
Et mes idées sont obsolètes
Je répète ?

Et chaque fois que j’imagine
Et chaque fois que j’examine
Les questions de mes origines
Aussi chaque fois je déracine
Le tranchant de la guillotine
Ah ! Shlak !

Je regarde d’un œil distrait
L’horreur de l’actualité
Je me demande entre deux bières
Est-ce que je serais parti en guerre ?
Dois-je me battre, mourir ou fuir
Faut-il se taire et se complaire ?
Et puis
Vers où, vers qui
Diriger sa colère ?
Et au fond de moi ça grandit,
Et je sens que je ne suis plus seul à faire
Lalala…

Que mes actes sont imparfaits
Que mes désirs sont déplacés
Que mes mots sont banalité
Que pauvres sont mes opinions
Mon ignorance est soumission
Vers où, vers qui
Diriger ma colère ?

Quand, est-ce que je saurais la politique ?
Quand, est-ce que je saurais toutes les guerres ?
Quand, est-ce que j’aurais fait le diagnostic
Quand ? Des idées révolutionnaires ?
Alors, je lancerai un cri
Et au fond de moi, je le sais qu’on est une foule, on est dizaine, des centaines, des milliers, des millions, à faire
Lalala…

12_Rendez-vous
Je serai sans faute au rendez-vous
Au rendez-vous
Au rendez-vous
Quand le jour viendra

Je ne me ferai pas attendre
Je ne me ferai pas surprendre


Merci à
Sara USLU
Patrick CONSTANTIN
Jérôme BOUVET
et l’Association des Utilisateurs des Bains des Pâquis

Laisser un commentaire